Mettez votre smartphone en mode portrait
pour afficher correctement notre site Web, merci !

Test du Fujinon XF 150-600mm

Le 150-600mm de Fujifilm était attendu de tous les fugistes qui pratiquent la photographie animalière ou la photo de sport. Ce nouvel objectif va vous suivre partout sur le terrain, c’est certain !

Banner 150 600mm Fujifilm

Fujinon XF 150-600mm, enfin une optique professionnelle à forte amplitude

Le couple en vogue pour fin 2022/2023 chez Fujifilm, c’est bien sûr le boitier sans compromis XH2s et le 150-600mm F5.6-8R LM OIS WR. Voilà un vrai couple de terrain qui ne pèse que 3,115 kg (équipé et prêt à photographier avec carte mémoire, batterie et pare-soleil.)

Pas d’excuse de poids donc pour le prendre partout avec vous, ce couple tient dans un petit sac à dos photo style mini trekker AW de Lowepro. Pas besoin de démonter le boitier de l’objectif pour le faire rentrer dedans. J’ai même testé la billebaude à vélo pour ce test !

Un équivalent 225-900mm (en capteur plein format 24×36) avec lequel je peux me balader une journée dans un petit sac à dos et shooter à main levée ! Waouh, voilà qui ouvre le champ des possibles. La taille et le poids sont un énorme atout pour un zoom de cette amplitude. Je suis déjà séduit…

Ci-dessous, une illustration de l’amplitude du zoom : 150mm à gauche et 600mm à droite, de quoi varier les cadrages sans limite de créativité. (équiv. 225mm et 900mm en 24×36)

Première prise en main

Tout d’abord la taille de la boite du XF150-600mm est impressionnante, on sait clairement que l’on a pas à faire à n’importe quelle optique. Passé l’ouverture et le décartonnage, on découvre le précieux avec sa jolie robe argentée, gris clair. C’est le signe d’une optique pro !
Avec ses 31 cm de haut et un diamètre de 82mm sur la lentille frontale, on sort le bébé du carton sans surpoids et assez surpris.

+++ Il est finalement assez léger 1,6 kg et bien équilibré en main, vive les éléments en alliage de magnésium et aluminium. On remarque de suite la taille bien proportionnée de son collier amovible (très pratique pour le ranger dans le sac) et compatible Arca-Swiss.

+++ La bague de zoom est bien large. Elle est suffisamment rigide pour ne pas tourner trop facilement seule mais reste souple pour la tourner en pleine action et varier le cadrage sans trop se désaxer de la scène.

– – – La bague de diaphragme est non graduée et à mon goût trop fluide, il est assez facile de changer de diaphragme sans s’en rendre compte si on billebaude avec autour du cou.

– – – Le pare-soleil est en plastique peu qualitatif. Côté positif, on aura moins de scrupules si on le raye… J’attendais un pare-soleil feutré comme sur le XF 200mm f2.

+++ La stabilisation de l’optique cumulée à celle du boitier est impressionnante. Shooter à 600mm (equiv. à 900mm en 24×36) à main levée n’est pas un problème.

+++ Le zoom est interne et c’est vraiment un super point positif !  Un vrai gain pour garantir une bonne tropicalisation.
A l’utilisation, l’optique ne s’allonge pas si vous zoomez. Cela évite notamment un certain déséquilibre pas très agréable en main ! Merci Fuji.

 

Ci-dessous, une photo plein cadre à 600mm (équiv. 900mm 24x36mm) d’un héron et un crop à 100%.

Qualité optique

Avec une expérience du XF 100-400mm et de l’excellent XF 200mm f2, je m’attendais à une qualité optique d’entre-deux.
Et bien je ne suis pas déçu ! Ce Fujinon XF 150-600mm offre un meilleur compromis que le 100-400mm. Je trouve les photos plus définies, mieux piquées, très homogènes à 150mm comme à 600mm le tout avec une plus grand amplitude. Les 10 ans d’expérience sur cette série X se font sentir !
J’ai tendance à me méfier des zooms et j’avais peur de trouver un zoom avec une certaine mollesse à l’extrême 600mm qui le rendrait “inutilisable” à cette focale pour une utilisation professionnelle. Ce n’est pas du tout le cas, la qualité est au rendez-vous sur toute la plage focale. Le moteur est silencieux et rapide avec ce XH2s, un régal.

Reste le point d’interrogation crucial de l’ouverture F/5.6-8… 

Ce choix délibéré de la part de Fuji nous donne accès à un objectif au poids modéré et c’est très bien. Le revers de la médaille c’est la question de la faisabilité de certaines photos prises à l’aube et au crépuscule. On a bien entendu la montée en iso possible pour compenser cette perte de lumière. Reste à savoir si ce 150-600mm fera l’unanimité pour se positionner comme une optique polyvalente capable de couvrir quotidiennement le sport extérieur ou intérieur ou même de l’animalier en mode crépuscule. Ce qui nous rappelle encore une fois que le choix du matériel photo est fait d’éternels compromis.

Mais alors faut-il choisir le XF 100-400mm ou le XF 150-600mm ?

Pour quelqu’un qui n’est pas encore équipé, la question “faut-il choisir le XF 100-400mm ou le XF 150-600mm ?” va forcément se poser assez vite.

  • Pour essayer d’y répondre, le premier critère de taille, c’est votre budget.
    1899 € pour le 100-400mm contre 2199 € pour le 150-600mm. (prix relevé chez Camara en oct 2022). La différence n’est donc pas si énorme que ça vu les différences techniques des deux produits et l’ancienneté de l’un par rapport à l’autre.
  • Le second critère est bien sûr la focale. Avez-vous vraiment besoin de 200mm de plus ? Le 100-400mm équivaut déjà à un 150-600mm en 24×36. L’écart de focale se joue sur un coefficient multiplicateur de x1.5. Si vous avez la chance d’avoir le nouveau Xh2, ces 40 Millions de pixels peuvent pallier à ces 200mm manquant en cropant dans l’image. C’est une idée…
  • Le troisième critère, c’est l’ouverture F/4.5-5.6 pour le 100-400mm contre F/5.6-8 pour le 150-600mm. J’aurais tendance à dire que si vous n’avez pas peur des iso plus élevés alors le 150-600mm est le bon choix.
  • Enfin le quatrième critère c’est la qualité d’image et l’autofocus. Sur ce point, le gagnant est tout désigné : le XF 150-600mm

 

Mes premiers tests se sont déroulés lors d’une journée ensoleillée et donc je n’ai pas ressenti de problème jusque-là.
Mais j’attends de produire d’ici quelques jours une série en milieu forestier, beaucoup plus exigeante en terme de luminosité, où il est plus facile d’opérer avec de grandes ouvertures f/2.8. A suivre donc…

Le test terrain en milieu forestier

Me voilà de retour du brame du cerf en milieu forestier pour tester ce 150-600mm en zone “sombre”. A priori avec une ouverture de F/5.6 – f/8, la forêt n’est pas son milieu de prédilection. C’est ce que nous allons voir de suite en image.
J’ai choisi de prendre avec moi le 200mm f2 (equiv. 300mm en full frame) en plus du 150-600mm pour me rendre compte en temps réel de la problématique de lumière liée à l’ouverture. Nous avons donc deux objectif opposé en terme d’ouverture.

Sur la photo de droite ci-dessous, on se rend compte de la différence de diamètre entre le 200mm et le 150-600mm. Cela se traduit inévitablement par des lentilles plus volumineuses et donc un poids en conséquence. 1,6kg contre 2,265kg. Cela dit, pour ma part, ces deux objectifs ont un poids “raisonnables” et ne posent donc pas de problème pour partir randonner avec pendant une journée. J’avais les deux sur mes épaules pendant ma progression en forêt.

Premiers constats :

  • Le poids de ce 150-600mm est un gros atout, on peut le prendre dans son sac ou sur l’épaule, vous n’aurez pas de crampe en fin de journée !
  • Il se manipule très bien, le diamètre du fût est raisonnable. Il tient bien en main et la large bague de zoom tombe impeccablement bien sous les doigts. L’équilibre avec le boitier est très bon.
  • Le zoom interne est un bonheur
  • Au début de mes tests j’avais constaté une bague de diaphragme trop souple. Cela s’est bien vérifié sur le terrain. je me suis quelques fois retrouvé à f/9 au lieu de f/7.1 sans que cela soir volontaire. Un simple frottement contre votre veste en marchant peut tourner cette bague.
  • Le pare-soleil ne s’est pas décroché une seule fois en 2 jours de terrain.
  • La stabilisation est top, on shoote vraiment à main levée avec un equiv. 900mm !
  • Le moteur de cette optique est silencieux, un bonheur pour l’animalier où l’on doit rester discret !

Même pas peur des iso élevés ?

Nous rentrons dans le vif du débat maintenant en parlant de la luminosité de l’optique. Pendant ces deux jours en forêt, j’ai eu des conditions à la fois ensoleillées et nuageuses. Donc parfait pour se faire une idée correcte de l’utilisation en Nature.

Par temps nuageux et avec des vitesses d’obturation qui oscillaient entre 1/250s et 1/500s, je ne suis pas descendu sous les 800 iso en milieu ouvert (genre prairie). Une majorité de photos sont prises entre 1600 et 6400 iso en sous-bois avec une pleine ouverte allant de f/5.6 à f/8.

Par temps ensoleillé, la majorité de mes photos étaient entre 200 iso et 1000 iso et avec une pleine ouverte allant de f/5.6 à f/8.

Les iso seront donc plus que jamais la zone tampon pour absorber ce manque de luminosité. Si vous êtes allergique au grain, un DXO PureRaw peut vous donner un coup d’éclat magique en quelques secondes de travail. Il faut bien intégrer qu’un super télézoom reste un compromis, on ne peut pas tout lui demander à la fois, un prix, un poids, un ouverture lumineuse et une qualité optique irréprochable.

Conclusion

Ce 150-600mm F/5.6 – F/8 est un super télézoom de très bon rapport qualité/prix. Sa taille maitrisé et son faible poids en fait une optique que l’on prend dans son sac sans hésiter.

La qualité optique est bien au rendez-vous considérant sa forte amplitude, même à 600mm. La fabrication tout temps et le zoom interne est très appréciable sur le terrain. La stabilisation est un atout majeur pour shooter avec un équivalent 900mm. Avec un prix de lancement de 2199 euros, ce super télézoom est bien placé dans la gamme Fujifilm reléguant le 100-400mm à une place de second maintenant.

Il sera néanmoins préférable de photographier par beau temps. En effet, son ouverture glissante de f/5.6 à f/8 ne permet pas d’optimiser la photo en ambiance sombre. La photo de sport en salle est forcément exclue. Il faudra de la lumière pour le sortir ! C’est le compromis poids/prix/ à accepter.
Gardons tout de même à l’esprit que la photo à 900 mm vient d’arriver dans la gamme Fujifilm, c’est une belle avancée.

J’espère qu’une optique fixe comme un 400mm f2.8 viendra un jour compléter la gamme pour avoir une vraie optique pro sport et animalier polyvalente. La production de l’excellent 200mm F/2 atteste que Fujifilm pourrait le faire. Les tendances du marché actuel sauront-elles pousser la firme japonaise dans ce sens ? On croise les doigts. Le XH2s mériterait bien une telle optique !

La vidéo officielle de Fujifilm