Marc Chesneau James Bond No Time To Die Banner Kalsoy Iles Feroe

L’équipe du dernier James Bond avec Daniel Craig “No time to die” est venue filmer aux Îles Féroé !

L’île de Kalsoy était déjà un incontournable pour les visiteurs des îles Féroé, mais elle augmente encore sa notoriété avec le tournage du nouveau James bond de Cary Joji Fukunaga avec Daniel Craig “No time to die” qui sortira en France en Novembre 2020.

Oui vous ne rêvez pas ! Le nouveau James Bond, 25e opus de la série 007, “No Time to Die” sera le premier film de James Bond à inclure des scènes des îles Féroé sur Kalsoy.

L’île de Kalsoy dite l’île flûte, en raison de sa forme particulièrement allongée, montre avec fierté le pic de Nestindar, son plus haut sommet à 788 m !

 

Marc Chesneau Photographe Ile De Kalsoy Iles Feroe

L’île de Kalsoy, surnommée l’île Flûte en raison de sa forme allongée

Uniquement accessible par bateau, il faut ensuite prendre la seule et unique route de l’île sur 16 km, passer 4 étroits tunnels dont un de plus de 2 km pour enfin atteindre le village du bout du monde, Trøllanes.
C’est ici que l’équipe de tournage a établi son camp de base pour préparer les plans caméra et faire décoller son hélicoptère venu par bateau par le port de la capitale Tórshavn en automne 2019.

Les îles Féroé, des conditions météo idéales ?

La météo ici est connue pour être capricieuse et le staff n’a pas dérogé à la règle. Il aura fallut attendre plusieurs jours pour tourner les images avec de bonnes conditions météo. Nul doute que la post production saura mettre en évidence le caractère incroyablement brute de cette pointe Nord de l’île de Kalsoy.

L’équipe s’est retrouvée dans une nature extraordinaire avec une vallée profonde entourée de hautes montagnes. un véritable décor de cinéma, est-ce le hasard ? 🙂 J’espère que le célèbre phare de Kallur figurera en bonne place dans les images finales.

 

Marc Chesneau photographe iles féroé vue de la pointe de Kallur

Vue sur les îles voisines avec les silhouettes de Risin & Kellingin, 2 pitons rocheux

De cette pointe on peut y découvrir une vue imprenable sur l’Ouest avec les imposants pitons rocheux de mer Risin & Kellingin ainsi qu’une cascade sur l’île voisine Eysturoy qui tombe directement dans l’océan Atlantique Nord.

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous proposer d’apprécier furtivement quelques images dans la bande annonce en attendant mieux avec le long métrage. Attention c’est rapide, ça démarre à 1m23s.

Retrouvez la source originale sur guidetofaroeislands.fo

 

 

 

Retrouvez mon livre sur les fabuleuses Îles Féroé

Bouton en savoir plus

 

Marc Chesneau est photographe professionnel et passionné de nature. Avec le concours de l’auteur Marco Hukenzie, il propose dans cet ouvrage des visions intimes et sublimes des îles Féroé ; âpres montagnes perdues dans l’océan, ciels d’orage majestueux, falaises colossales aux pieds fouettés par les flots, cascades déferlantes, villages chamarrés, nichés dans des vallées d’herbe et de brume… Avec ces images, nous redécouvrons le ciel, l’océan, la terre et la roche, et nous nous rappelons un peu ce pourquoi nous sommes ici : pour assister et participer à la beauté de ce monde. “Entre Ecosse et Islande le pays du peut-être peut-être que le monde ne disparaîtra pas s’il reste une baleine pour recracher les gens ou des îles du Nord battues par les vents”.

Ce titre a d’abord un sens historique. En 1940, l’Allemagne nazie envahissait le Danemark. En retour, l’Angleterre occupait les îles Féroé afin d’empêcher les allemands d’y établir une base. Les soldats britanniques, confrontés à la météo capricieuse de l’archipel et à ses vents changeants, le surnomment “Le pays du peut-être”. On peut imaginer que les vents changeants sont aussi un peu, dans leur esprit, ceux d’une guerre et d’une histoire qui restent encore à écrire.

Ce peut-être, c’est aussi le champ des possibles. Celui de la redécouverte de soi après un moment de crise. Dans les mythes, le voyage du héros est toujours un voyage à la rencontre de lui-même. La récompense consiste à retrouver son essence au contact d’un monde nouveau, parfois hostile, parfois clément, toujours régénérateur. Il s’agit de redécouvrir les éléments, leur beauté brute en action, leur fracas et leur silence pour se resituer, se redéfinir, quand la ville diluait l’identité.

Ce peut-être, c’est aussi l’espoir que ceux qui habitent ces natures âpres et belles parviendront à les préserver. C’est se laisser croire qu’on peut sauver notre monde, notre planète. Qu’en apprenant à ressentir à nouveau la nature et ses éléments comme lorsque nous étions enfants, pierres, nuages, eaux, animaux, nous retrouverons notre humanité et nous nous donnerons les moyens de faire ce qu’il faut pour éviter l’irréparable. C’est le peut-être de l’optimisme.

 

Photographe : Marc Chesneau – Auteur des textes : Marco Hukenzie – Langues : français et anglais  – Nombre de pages : 160 pages – Nombre de photos : 142 photos – Format : 24×30 cm – Poids : 1,3 kg – Traduction : Elizabeth Grech – Graphisme : Coolcaf – Année de sortie : 2020 Impression : Imprimer en France par les imprimeries Escourbiac – Imprimé sur : papier Symbol Tatami – ISBN : 978-2-9571928-0-9

 

Livre photo îles féroé le pays du peut-être de Marc Chesneau

 

 


 

A LIRE AUSSI :
Film sur l’exploration photographique des Îles Féroé

La légende de Kopakonan, “la femme-phoque” des îles Féroé

Retrouvez mon livre Îles Féroé, le pays du peut-être